Nomadeis http://www.nomadeis.com Conseil en développement durable Thu, 31 Oct 2019 18:02:35 +0000 fr hourly 1 http://wordpress.org/?v=3.0.4 Economie circulaire et bâtiment : Nomadéis présente les conclusions de l’enquête BATIFLUX 3 en région Provence-Alpes-Côte d’Azur… http://www.nomadeis.com/2019/10/economie-circulaire-batiment-batiflux3/ http://www.nomadeis.com/2019/10/economie-circulaire-batiment-batiflux3/#comments Tue, 22 Oct 2019 12:03:09 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=5338 Continuer la lecture ]]>

Aperçu de la couverture Equerre - Architecture Déchets de dépose - chantier

Comment transformer nos bâtiments en réserves de matériaux ? Le projet BATIFLUX 3 vise à analyser les perceptions, pratiques et attentes des acteurs professionnels en matière de réemploi, de réutilisation et d’éco-conception. Objectif : identifier des leviers de développement des meilleures pratiques…


Contexte

Le secteur du BTP est le premier émetteur de déchets en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (environ 72% des déchets produits), avec une production annuelle estimée en 2016 à environ 15,7 millions de tonnes.

Face aux enjeux de raréfaction des ressources et de saturation des exutoires, et afin de répondre aux impératifs réglementaires de réduction, valorisation et réemploi des déchets du bâtiment, la meilleure connaissance des pratiques des acteurs du bâtiment ainsi que l’identification de leviers d’action apparaissent essentielles. 

 

Présentation du projet

Le projet BATIFLUX 3 vise à analyser les perceptions, pratiques et attentes de la Maîtrise d’ouvrage (MOa) et des architectes (MOe) en région Provence-Alpes-Côte d’Azur en matière de réemploi, de réutilisation et d’éco-conception, et à identifier des leviers de développement des meilleures pratiques. 

Il bénéficie du soutien financier et technique du Conseil Régional et de l’ADEME Provence-Alpes-Côte d’Azur, au travers de l’appel à projet FILIDECHET 2018. BATIFLUX 3 est le troisième volet d’une démarche globale et pluriannuelle sur l’économie circulaire et le bâtiment, lancée par Nomadéis en 2014 (cf ci-après).

Pour ce troisième volet, deux profils d’acteurs stratégiques, en amont de la chaîne de valeur du bâtiment, ont été consultés (maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’oeuvre) et trois thématiques centrales de l’économie circulaire ont été étudiées : 

  • L’éco-conception, qui se réfère à la mise en pratique de principes permettant de réduire et de valoriser les déchets à tous les stades de vie du bâtiment, et d’envisager un bâtiment capable de fonctionner à terme comme une « réserve de matériaux » pour les chantiers de constructions futurs ; 
  • Le réemploi, qui se réfère à toute opération par laquelle des produits ou des composants qui ne sont pas des déchets sont réutilisés pour un usage identique à celui pour lequel ils avaient été conçus ;
  • La réutilisation, qui se réfère à toute opération par laquelle des substances, matières ou produits qui sont devenus des déchets sont utilisés de nouveau, pour un usage identique ou non.

Le projet a été structuré de la manière suivante :

  1. Conduite d’une consultation (qualitative) auprès d’un panel de maitres d’ouvrage et d’experts régionaux ;
  2. Conduite d’une enquête quantitative auprès de 290 architectes (maîtres d’oeuvre) ;
  3. Analyse des pratiques et des perceptions de ces acteurs vis-à-vis du réemploi et de l’éco-conception, et analyse des freins à ces pratiques en région Provence-Alpes-Côte d’Azur ;
  4. Analyse croisée des résultats, afin de faire émerger des leviers de développement de l’économie circulaire du bâtiment en Provence-Alpes-Côte d’Azur, et d’identifier des actions inspirantes sur le territoire régional et en dehors.
  5. Production de supports de sensibilisation à destination des parties prenantes clés. 

 

Synopsis des 5 livrables

Les 5 principaux livrables suivants ont été produits dans le cadre du projet :

  • Un rapport de synthèse présentant la méthodologie et les résultats bruts de l’enquête auprès des architectes ;
  • Un livret de sensibilisation présentant les enjeux du secteur, les résultats de la consultation et de l’enquête et des exemples de bonnes pratiques, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et à l’international ;
  • Une vidéo d’animation présentant la démarche et les principaux résultats clés ;
  • Une exposition composée de 11 panneaux ;
  • Une infographie de synthèse.

 

Pour aller plus loin

La démarche BATIFLUX, engagée par Nomadéis en 2014, a les ambitions suivantes :

  • Mieux appréhender les pratiques et les perceptions des parties prenantes du bâtiment vis-à-vis des pratiques de construction durable, en particulier le recours à des matériaux issus de bioressources, à l’écoconception et à la réduction et valorisation de déchets ;
  • Affiner le ciblage et le contenu des dispositifs de soutien à la structuration des filières locales de l’économie circulaire et des matériaux biosourcés ;
  • Proposer des leviers d’actions et sensibiliser les parties prenantes à l’importance des enjeux. 

 Deux volets de la démarche BATIFLUX ont déjà été accomplis :

  • Le premier volet, intitulé « Constructions Biosourcées », portait sur la mise en œuvre des matériaux biosourcés par les artisans et les entreprises du bâtiment. Ce volet a pris la forme d’une enquête inter-régionale menée en 2014 -2015 auprès d’un panel de 2 700 entreprises artisanales du bâtiment localisées dans 9 régions pilotes ;
  • Le second volet, intitulé (Re)3SOURCES pour la construction », s’intéressait aux pratiques de tri et de valorisation des déchets de chantier, des chutes de pose et des produits de dépose ainsi qu’à l’achat et l’utilisation de matériaux recyclés par les artisans et entreprises du bâtiment. Ce projet a été mené auprès d’un panel de 600 artisans du bâtiment en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Nomadéis entend poursuivre à l’avenir son engagement en faveur de l’intégration des démarches d’éco-conception, des matériaux issus du réemploi et de bioressources par le secteur du BTP, et en faveur de la sensibilisation des parties prenantes aux enjeux et intérêts de l’économie circulaire du bâtiment. 

Cet engagement pourrait notamment se traduire par l’extension de BATIFLUX 3 à d’autre régions françaises, afin de croiser les enseignements issus des différents territoires et de sensibiliser, de la manière la plus pertinente possibles, les professionnels du bâtiment selon leurs pratiques et situations respectives.

]]>
http://www.nomadeis.com/2019/10/economie-circulaire-batiment-batiflux3/feed/ 0
Santé, tourisme et attractivité des territoires : la Fédération Thermale et Climatique Française (FTCF) confie à Nomadéis la réalisation d’une étude stratégique… http://www.nomadeis.com/2019/07/observatoire-economie-stations-thermales/ http://www.nomadeis.com/2019/07/observatoire-economie-stations-thermales/#comments Wed, 17 Jul 2019 14:47:19 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=5325 Continuer la lecture ]]> Thermalisme Observatoire Salins-les-Bains

Objectif : préparer un projet d’Observatoire de l’économie des stations thermales, en partenariat avec les pouvoirs publics : Direction Générale des Entreprises (ministère de l’Economie et des Finances) , Caisse des Dépôts et Consignations notamment) et l’ensemble des parties prenantes…


Contexte de la mission

Avec près de 600 000 curistes ayant fréquenté les établissements thermaux en 2018, la France occupe aujourd’hui le troisième rang en Europe pour le thermalisme (Source : Conseil National des Etablissements Thermaux). A l’interface de multiples enjeux et acteurs (santé, bien-être, tourisme, attractivité des territoires, etc.), le secteur économique du thermalisme est complexe.

Diverses études, ponctuelles ou récurrentes, publiques et privées, permettent d’ores et déjà de suivre l’activité des stations thermales à différentes échelles (locale, régionale ou nationale) et d’en estimer les retombées économiques notamment pour les territoires.

Néanmoins, la filière ne fait pas à ce jour l’objet d’une observation économique globale et régulière. L’enjeu est d’autant plus important qu’une publication de la Cour des Comptes (février 2019) met en lumière les difficultés économiques de certains établissements thermaux et appelle à un contrôle plus fin des investissements, ainsi qu’à la mise en œuvre de mesures visant à améliorer la rigueur du développement de l’activité thermale.

Pourtant, la filière fait aussi preuve de dynamisme, en particulier dans le domaine de la recherche et de l’innovation (avec notamment des clusters spécialisés par exemple en Nouvelle Aquitaine et en Auvergne-Rhône-Alpes).

 

Objectifs

Une analyse précise des données économiques relatives à l’activité thermale française, ainsi que leur suivi dans la temps, apparaissent nécessaires pour permettre d’objectiver au mieux l’impact socioéconomique et environnemental des activités.

Dans ce contexte, la Fédération Thermale et Climatique Française (FTCF), en partenariat avec l’Association Nationale des Maires de Communes Thermales et le Conseil National des Etablissements Thermaux, projette de mettre en place et de faire vivre un dispositif national d’observation : l’Observatoire de l’économie des stations thermales. 

Il s’agit ainsi de mieux guider les acteurs économiques et les pouvoirs publics dans leur compréhension partagée des enjeux et des opportunités liés à l’activité de la filière thermale française, mais aussi d’identifier des actions pertinentes pour renforcer et pérenniser la création de valeur. Par ailleurs, l’Observatoire contribuera à orienter les stratégies publiques et privées en matière d’investissement.

Le futur Observatoire fonctionnera donc comme un outil d’organisation et de suivi de l’information. Il contribuera à faire émerger une vision prospective et partagée de l’avenir de la filière, en identifiant des pistes d’actions collectives pour renforcer sa compétitivité et son attractivité.

 

Intervention de Nomadéis

La Fédération Thermale et Climatique Française (FTCF) a mandaté Nomadéis pour valider la faisabilité de ce projet d’Observatoire et pour déterminer les modalités de son mode de fonctionnement opérationnel.

 Pour mener à bien cette nouvelle mission, Nomadéis s’appuiera sur :

  • Son expertise reconnue en matière d’analyse stratégique de secteurs et filières économiques complexes (en l’occurence à l’interface des services, de l’industrie, du tourisme et des loisirs, de la gestion de l’eau et de l’énergie, etc.) ;
  • Son savoir-faire en matière de création de référentiels, cadres et outils de mesure et d’évaluation de la performance (indices et indicateurs).

Nomadéis a conçu une méthodologie sur-mesure en 8 étapes réparties sur 3 phases d’étude (définition du périmètre de l’Observatoire.

A noter que Nomadéis accompagne déjà plusieurs fédérations professionnelles, parmi lesquelles : la Filière Automobile et Mobilités (PFA), France Bois Forêt (FBF), l’Union Sport et Cycle, l’Union nationale des Entreprises du Paysage (UNEP) et le Centre National des Centres Commerciaux (CNCC).

Nomadéis réalise par ailleurs différents observatoires, annuels (par exemple l’observatoire du cycle pour le compte de l’Union Sport et Cycle) ou ponctuels (par exemple l’observatoire des coûts de la rénovation énergétique pour la DREAL Lorraine).

]]>
http://www.nomadeis.com/2019/07/observatoire-economie-stations-thermales/feed/ 0
Éducation au changement climatique : le Fonds Français pour l’Environnement Mondial choisit Nomadéis pour accompagner la conception d’un programme d’action au Mexique et en Colombie… http://www.nomadeis.com/2019/07/education-changement-climatique-ffem/ http://www.nomadeis.com/2019/07/education-changement-climatique-ffem/#comments Mon, 15 Jul 2019 09:51:58 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=5311 Continuer la lecture ]]>

A boy with a ball of the world or planet Earth in his hands. Ecology concept boy holding raise his hand for global warming 産業・インフラ

Objectifs : accompagner l’Office for Climate Education (OCE) pour l’élaboration d’un ambitieux projet de coopération internationale visant 6 000 enseignants, 17 000 classes, et 500 000 enfants et adolescents…

 

L’éducation au changement climatique, un enjeu mondial

En décembre 2015, l’Accord de Paris a permis de définir un plan d’action international pour lutter contre le changement climatique et ses dangers. L’une de ses préconisations vise notamment à éduquer les générations futures afin de les préparer à faire face aux bouleversements à venir (Article 12).

Le changement climatique constitue de fait un phénomène global qui nécessite l’engagement des décideurs politiques et de la sphère économique. La compréhension, l’adhésion et l’action des populations sont indispensables à la construction d’une société durable, qui intègre les enjeux environnementaux.

Face à ce constat, l’OCE s’engage en faveur de la diffusion des connaissances scientifiques sur le climat aux enseignants du monde entier, qui les porteront à leur tour auprès des jeunes. L’objectif est ainsi de donner aux générations futures des clés permettant la compréhension des phénomènes climatiques, notamment dans les territoires particulièrement vulnérables.

Aujourd’hui, une grande partie des systèmes éducatifs n’intègrent pas suffisamment cette thématique et le corps enseignant est trop peu formé aux concepts associés. Transmettre les connaissances sur le changement climatique au secteur éducatif constitue une étape indispensable à l’émergence de sociétés décarbonées et durables.  

 

L’Office for Climate Education, porteur d’un programme novateur

L’Office for Climate Education est une fondation dédiée à l’éducation au changement climatique, créée en 2018 par La main à la pâte, Météo France, Météo et Climat, et l’IRD, en réponse à l’ampleur des enjeux.  

Les objectifs de l’OCE sont de :

  • Constituer un ensemble de ressources pédagogiques fondées sur les rapports du GIEC ;
  • Former les enseignants du primaire et du secondaire en utilisant ces nouvelles ressources pédagogiques ;
  • Faire émerger un réseau international sur l’éducation au changement climatique, en couvrant plusieurs échelles d’action/.

A travers son nouveau programme, l’OCE projette de former plus de 6 000 enseignants qui diffuseront leurs contenus dans 17 000 classes, visant ainsi environ 500 000 enfants et adolescents.

Bien que l’ambition de l’OCE soit globale, la phase pilote s’établira au Mexique et en Colombie, deux pays d’Amérique Latine particulièrement vulnérables face au changement climatique. 

C’est dans ce cadre que l’AFD (FFEM) a confié à Nomadéis une mission d’évaluation ex ante du programme, afin de guider l’OCE dans sa réflexion et dans la préparation de sa demande de financement international. Sur la base d’une étude approfondie et de missions de terrain à la rencontre des acteurs partenaires, Nomadéis formulera un avis étayé, accompagnera l’OCE et proposera des recommandations afin d’optimiser les chances de réussite du programme. 

Ce programme comporte plusieurs axes d’innovation :

  • Il cible les plus jeunes, formant les enseignants sur des sujets scientifiques complexes et interdisciplinaires ;
  • Il propose des méthodes de pédagogie active favorisant chez les élèves la capacité d’apprentissage, la créativité, la coopération et la curiosité ;
  • Il concourt à l’intégration des travaux de pointe du GIEC dans la formation des enseignants et dans les programmes scolaires.

 

Une démarche fédératrice initiée en Colombie et au Mexique

La région Amérique Latine – Caraïbes est bien connue de Nomadéis qui a déjà réalisé plusieurs missions en Argentine, au Brésil, au Chili, en Colombie, en Equateur, au Mexique, mais aussi en Guadeloupe, en Guyane et en Martinique. 

Sur le terrain, plus de 50 entretiens ont été réalisés par les équipes de Nomadéis, auprès d’acteurs de premier plan, mobilisés en faveur de l’action climatique et de l’éducation des jeunes générations, en particulier :

Suite à la mission réalisée par Nomadéis, le financement international a été confirmé par l’AFD (FFEM). Les activités se dérouleront sur une période de 5 ans à partir de 2020.

]]>
http://www.nomadeis.com/2019/07/education-changement-climatique-ffem/feed/ 0
Région Bretagne, innovation et financements européens : Nomadéis sélectionné pour accompagner les porteurs de projets du territoire… http://www.nomadeis.com/2019/06/region-bretagne-innovation-financements-europeens/ http://www.nomadeis.com/2019/06/region-bretagne-innovation-financements-europeens/#comments Mon, 24 Jun 2019 17:39:18 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=5293 Continuer la lecture ]]>

Bretagne1 Agrarsubventionen Interacting as team for better results . Mixed media

Nomadéis interviendra notamment dans le cadre du programme LIFE, instrument financier de la Commission européenne pour le soutien aux projets dans les domaines de l’environnement et du climat…


Contexte de la mission 

Depuis 2007, la Région Bretagne est éligible à quatre Programmes de Coopération Territoriale Européens (CTE), ainsi qu’à certains Programme d’Actions Communautaires (AC) : LIFE, Europe Creative et Europe pour les Citoyens.

Cependant, une consultation publique récente, visant à analyser les retours d’expériences de la part des acteurs du territoire ayant participé à ces programmes, a fait ressortir un bilan mitigé. Les acteurs bretons exploitent relativement bien les opportunités de cofinancement fournies par les programmes de CTE mais nettement moins celles relatives aux programmes d’AC.

Cette consultation a également a mis en évidence un réel besoin d’accompagnement au montage des projets européens. En effet, de nombreux acteurs du territoire ne disposent pas des ressources humaines nécessaires à la mise en œuvre de procédures jugées complexes, et qui requièrent souvent la maitrise de l’Anglais.

Consciente que ces démarches nécessitent des ressources humaines et financières importantes, la Région a donc mis en place un dispositif adapté. 


Objectifs et contenu de la mission

La Région Bretagne a confié à Nomadéis l’accompagnement technique des porteurs de projets pour la préparation stratégique et technique de leurs dossiers de candidature. Nomadéis a notamment réalisé en juin 2019 l’accompagnement d’un acteur local dans le cadre de la phase 1 de l’appel à projets 2019 du programme européen LIFE, sur la thématique de la qualité de l’air. 

Le programme LIFE est l’instrument financier de la Commission européenne pour le soutien aux projets dans les domaines de l’environnement et du climat. En promouvant et en finançant des projets innovants, LIFE vise à contribuer à une transition vers une économie efficace dans l’utilisation des ressources, à faible intensité de carbone et plus résiliente face aux effets du changement climatique. LIFE vise également à protéger la qualité de l’environnement et de la biodiversité.

Chaque année, la Commission européenne lance des appels à projets à partir desquels les acteurs peuvent soumettre des projets qui seront sélectionnés en fonction d’une grille de critères. Les projets doivent notamment être d’intérêt européen et contribuer aux objectifs généraux du programme, être innovants et démonstratifs, mais aussi faire preuve d’une cohérence technique et financière.

En outre, la Commission accorde une attention particulière à la multiplication et la réplicabilité des projets, à la durabilité des résultats ainsi qu’à la prise en compte de l’environnement législatif européen, en particulier la législation environnementale, mais aussi la Politique Agricole Commune, par exemple.

Pour réaliser cette mission d’accompagnement, Nomadéis s’appuie sur son expérience et ses compétences reconnues en matière de montage de projets européens (voir références ci-dessous). Les principales étapes de la méthodologie mise en œuvre incluent notamment : 

  • Un travail de cadrage préalable comprenant l’étude du projet et de ses attendus, la présentation des étapes clés au porteur de projet, etc. ;
  • Une analyse approfondie des exigences techniques et formelles du cahier de charges de l’appel à projet ; 
  • Une relecture critique de l’ensemble des pièces constituant le dossier de candidature, la formulation de préconisations à valeur ajoutée et la co-rédaction détaillée en Anglais avec le porteur de projet ;
  • L’accompagnement du porteur jusqu’au dépôt final du projet accompagné sur le portail de la Commission.

L’approche adoptée par Nomadéis privilégie la coopération et la co-construction avec chaque porteur de projet, afin de favoriser une prise en compte optimale des améliorations à apporter et de maximiser les chances de succès de chaque candidature.  

 

Exemples de références connexes

Nomadéis dispose de références reconnues pour le montage de projets d’innovation en lien avec le développement durable, notamment dans le cadre de programmes européens mais aussi en relation avec d’autres bailleurs internationaux, par exemple : 

  • Depuis 2017, Nomadéis est le Chef de file d’un partenariat regroupant huit universités, entreprises, et associations professionnelles françaises et anglaises dans le cadre d’un appel à projets du Programme de Coopération Territoriale européenne Interreg VA France (Manche) Angleterre. Ce consortium porte un projet intitulé Sustainable Bio&Waste Resources for Construction (SB&WRC), lequel a pour objectif de concevoir et produire trois prototypes d’isolants thermiques innovants, sobres en carbone, et issus de matériaux biosourcés et de déchets recyclés, avec un budget de près de 2 M€. Après avoir formulé l’idée du projet SB&WRC, Nomadéis a construit le partenariat et rédigé les documents de candidature. Depuis que le projet SB&WRC a été validé, Nomadéis coordonne le déploiement opérationnel du projet.
  • En 2016-2017, Nomadéis a accompagné la Direction Internationale de l’ADEME et ses partenaires principaux (ARENE Ile-de-France, GRET, Biobuild Concept, AARMBN, Ministères de l’environnement et du développement durable du Sénégal et de Mauritanie et Organisation de Mise en Valeur du Fleuve Sénégal) pour la conception et la rédaction d’une demande de co-financement au FFEM (Fonds Français pour l’Environnement Mondial), pour un montant de 1,5 million d’euros). Cette candidature avait été déposée dans le cadre du projet TyCCAO, qui vise à structurer des filières de valorisation (énergie et matériaux de construction) du typha, une plante invasive dégradant les écosystèmes du Delta du fleuve Sénégal.
]]>
http://www.nomadeis.com/2019/06/region-bretagne-innovation-financements-europeens/feed/ 0
Loi sur le devoir de vigilance : Nomadéis lance une nouvelle offre de services à destination des entreprises… http://www.nomadeis.com/2019/05/devoir-de-vigilance/ http://www.nomadeis.com/2019/05/devoir-de-vigilance/#comments Thu, 09 May 2019 10:47:57 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=5277 Continuer la lecture ]]> ????????????????????????????????????????????? Store racks with product boxes. Motion effect. confident young smiling business woman representing her multiethnic team

La loi sur le devoir de vigilance constitue un changement de paradigme majeur en matière de responsabilité sociale et environnementale. Nomadéis lance une offre de services dédiés, en collaboration étroite avec un pool d’experts (avocats, experts en communication, gestion de crise, achats durables, etc.).

Objectif : accompagner les dirigeants souhaitant se doter de la vision stratégique et des outils opérationnels nécessaires à une prise en compte efficace de ce nouveau cadre réglementaire…


Contexte

En mars 2017, la France est devenue le premier pays à adopter une législation contraignante sur le respect des droits humains et de l’environnement par les entreprises  multinationales, en se dotant d’une loi pionnière : la loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre.  

Depuis 2018, les grandes entreprises françaises doivent établir, publier et mettre en œuvre de façon effective leur premier plan de vigilance.

L’année 2019 est décisive, puisque les premières actions en justice s’appuyant sur cette loi sont susceptibles d’être lancées.

 

Périmètre d’application et objectifs

La loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre impose aux entreprises françaises comptant plus de 5 000 salariés en France, ou plus de 10 000 salariés dans le monde, un devoir de vigilance sur leurs actions et celles de leurs filiales, sous-traitants, et fournisseurs avec lesquels est entretenue une relation commerciale établie.

Tout plan de vigilance doit notamment reposer sur un inventaire précis des risques que l’entreprise fait peser sur les libertés fondamentales, la santé, la sécurité, les droits humains et l’environnement.

Le plan de vigilance est défini à l’aide de référentiels spécifiques, et décliné de façon opérationnelle via des plans d’actions et outils dédiés. Il doit être rendu public et inclus dans le rapport de gestion, au même titre qu’un compte-rendu sur sa mise en œuvre effective.

La Loi prévoit également que le plan de vigilance puisse être élaboré en association avec les parties prenantes de chaque entreprise, le cas échéant dans le cadre d’initiatives pluripartites au sein de filières et/ou à l’échelle territoriale.


Que doit contenir un plan de vigilance ?

Un plan de vigilance doit notamment contenir les éléments suivants :         

  • Une cartographie des risques (identification, analyse, hiérarchisation) ;
  • Des procédures d’évaluation régulière de la situation des filiales, des sous-traitants ou fournisseurs avec lesquels est entretenue une relation commerciale établie, conformément à la cartographie des risques ;
  • Des actions adaptées d’atténuation des risques ou de prévention des atteintes graves ;
  • Un mécanisme d’alerte et de recueil des signalements relatifs à l’existence ou à l’occurrence des risques, établi en concertation avec les organisations syndicales représentatives ;
  • Un dispositif de suivi des mesures mises en œuvre et d’évaluation de leur efficacité.

 

Enjeux pour les entreprises

Pour respecter ces nouvelles obligations, les entreprises concernées doivent renforcer leurs stratégies, politiques et outils internes en matière de responsabilité sociale (RSE), notamment sur le volet des achats responsables.

Le plan de vigilance relatif aux risques fournisseurs constitue désormais une brique essentielle de toute politique RSE, et doit véritablement s’accompagner d’un plan de déploiement opérationnel, assorti d’outils de suivi et d’indicateurs de pilotage appropriés (chartes fournisseurs, critères d’appréciation de la performance fournisseurs, audits, etc.).

Le non-respect de ces nouvelles dispositions peut entraîner pour une entreprise l’obligation de s’y conformer sous peine d’astreinte. La responsabilité d’une entreprise et de ses dirigeants peut également être engagée pour les éventuels préjudices que l’exécution de ces obligations aurait potentiellement permis d’éviter.

L’introduction de ces nouvelles contraintes constitue un changement de paradigme majeur. En demandant aux entreprises d’établir une politique de prévention et de responsabilité, et d’accepter de réparer les dommages et d’indemniser les victimes d’accidents industriels, la loi sur le devoir de vigilance ouvre un nouveau champ dans l’appréhension des risques sociaux et environnementaux.

 

Nomadéis : quelle offre de services ?

En 2019, Nomadéis lance une nouvelle offre de services visant à accompagner les entreprises souhaitant se doter de la vision et des outils nécessaires à une prise en compte efficace de ce nouveau cadre réglementaire.

Cette nouvelle offre, portée par Nomadéis, est déployée et mise en oeuvre en collaboration étroite avec un pool d’experts (avocats spécialisés, experts en communication et gestion de crise, experts achats durables, etc.), tous membres de notre réseau de partenaires. L’offre de Nomadéis comprend notamment les lignes de prestations suivantes :

  • Appui à la réflexion stratégique initiale visant à préparer le plan de vigilance :
    • Etat des lieux juridique, précision des obligations légales et premiers éléments de jurisprudence, y compris en articulation avec d’autres cadres réglementaires connexes (par exemple la loi sur la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique, dite loi « Sapin 2″) ;
    • Consultation ciblée de décideurs et influenceurs clés ;
    • Consultation sur-mesure des parties prenantes ;
    • Cartographie des risques et évaluation des degrés d’exposition ;
    • Benchmark des meilleures pratiques sectorielles (France et international) ;
    • Formulation de préconisations adaptées au contexte spécifique de chaque entreprise (contenu du plan, impacts en matière d’organisation et de gouvernance, pilotage, etc.).
  • Appui à la mise en oeuvre et au déploiement opérationnel du plan de vigilance :
    • Sensibilisation, communication, formation en lien avec la diffusion du plan de vigilance (parties prenantes externes et internes à l’entreprise : roadshows, séminaires, communiqués…) ;
    • Conception et mise en oeuvre d’un tableau de bord comprenant les principaux indicateurs de suivi / progrès ;
    • Conduite d’évaluations / audits ciblés sur le terrain (France, international), dans une logique de prévention ;
    • Contribution à l’effort de reporting et de valorisation des mesures mises en place dans le cadre du plan de vigilance ;
    • Appui ciblé en matière de gestion de crise.
]]>
http://www.nomadeis.com/2019/05/devoir-de-vigilance/feed/ 0
Services écosystémiques : le Plan Bleu Méditerranée confie à Nomadéis une nouvelle mission d’appui en Sardaigne… http://www.nomadeis.com/2019/04/fr-services-ecosystemiques-sardaigne/ http://www.nomadeis.com/2019/04/fr-services-ecosystemiques-sardaigne/#comments Tue, 16 Apr 2019 17:11:45 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=5260 Continuer la lecture ]]> Southern Swamps office life Trekking Pan di Zucchero, Sardegna

Nomadéis interviendra notamment pour l’évaluation économique de 3 services rendus par les zones humides du site pilote de S’Ena Arrubia, refuge essentiel pour la biodiversité dans le golfe d’Oristano…


Contexte de la mission

La région méditerranéenne abrite 1 à 2% des zones humides du monde. Les zones humides côtières contribuent à fournir plusieurs services écosystémiques qui contribuent au bien-être humain, tels que :

  • Des services d’approvisionnement (eau douce, pêche, bois…)
  • Des services de régulation (protection contre l’érosion, les évènements météorologiques extrêmes…)
  • Des services culturels (bénéfices récréatifs notamment)

Or par manque d’informations et d’outils adaptés, les bénéfices socioéconomiques liés au bon fonctionnement des écosystèmes ne sont généralement pas bien pris en compte dans le cadre des décisions relatives au développement économique et territorial.

Ce manque d’information et de prise de conscience explique en partie la dégradation de nombreux écosystèmes sensibles, sous l’effet des activités humaines (développement urbain et agricole, surexploitation des ressources, pollution des milieux, etc.). Au cours du 20ème siècle, on estime ainsi que la moitié des zones humides méditerranéennes ont disparu (Perennou et al., 2012).

D’un point de vue méthodologique et technique, l’évaluation économique des services écosystémiques représente encore aujourd’hui un défi pour les experts, malgré de nombreux progrès. 

La quantification de services non marchands est un exercice complexe, qui nécessite une compréhension fine du fonctionnement des écosystèmes, ainsi qu’une connaissance rigoureuse des différentes méthodes d’évaluation économique, de leur applicabilité et de leurs limites selon les contextes. Cet exercice repose par ailleurs sur la collecte et l’analyse d’importants volumes de données, quantitatives et qualitatives.

Dans ce contexte, le projet « Initiative Saltpan : Actions de conservation des zones humides dans la région Med », initié par un consortium de partenaires dont le Plan Bleu, la fondation MEDSEA et Birdlife, a pour objectif de soutenir la valorisation, la restauration et la gestion durable des zones humides.

Les services écosystémiques rendus par quatre sites pilotes en Sardaigne, en Albanie, au Monténégro et en Tunisie vont être évalués économiquement dans le cadre de ce projet, afin de mieux comprendre leur valeur et ainsi mieux accompagner les décideurs (par exemple pour la mise en place de plans de gestion des sites, de développement territorial durable, etc.). 

 

Objectifs et contenu de la mission

Nomadéis accompagnera les équipes du Plan Bleu pour l’évaluation économique de 3 services écosystémiques rendus par les zones humides du site pilote de S’Ena Arrubia. Cette lagune située dans le golfe d’Oristano sur la côte ouest de la Sardaigne est considérée comme un refuge essentiel pour la biodiversité. 

Une boîte à outils pour l’évaluation des services écosystémiques (TESSA), développée par Birdlife International et d’autres organismes partenaires, sera testée sur ce site pilote. 

En 2016, le Plan Bleu avait déjà confié à Nomadéis une mission d’évaluation économique des services rendus par les zones humides méditerranéennes, en matière de régulation du climat. Dans le cadre de cette précédente mission, les travaux avaient notamment porté sur 4 sites (Croatie, Égypte, France et Turquie), dans le cadre du projet Med-ESCWET (Télécharger le rapport technique).

Pour cette nouvelle mission, Nomadéis s’appuiera sur ses expériences préalables, ainsi que sur son expertise dans les domaines de l’économie de l’environnement, de la gestion de la ressource en eau et des enjeux de développement durable à l’échelle méditerranéenne (voir références ci-dessous). 

Les travaux de Nomadéis comprendront notamment : 

  • Une revue de l’étude de faisabilité, en particulier le choix de la méthode d’évaluation économique retenue et des services écosystémiques considérés ;
  • La conduite de plusieurs visites techniques et rencontres d’acteurs sur le terrain ; 
  • Une analyse de la méthodologie retenue pour l’évaluation biophysique et du questionnaire utilisé pour la collecte de données ; 
  • Un appui méthodologique et un partage d’expertise lors de la réalisation de l’évaluation économique des services écosystémiques de la zone humide ;  
  • Une synthèse des résultats et la formulation de recommandations pour l’amélioration de l’outil TESSA.  

 

Exemples de références connexes

Nomadéis a mené plusieurs travaux en lien avec la préservation de la biodiversité, l’étude des services rendus par les écosystèmes (notamment les zones humides) et le développement de partenariats multi-acteurs innovants pour relever les défis économiques, sociaux et environnementaux associés. Par exemple :

  • En 2019, réalisation d’un état des lieux actualisé et d’une analyse critique de la connaissance scientifique sur la thématique de la séquestration carbone pour le compte de la société Eau de Paris, dans le but de formuler des recommandations de positionnement stratégique ;
  • En 2018, accompagnement stratégique du Centre de coopération régionale de l’UICN pour la définition et la structuration de son nouveau cadre d’intervention (et de ses déclinaisons opérationnelles) à horizon 2024 ;
  • En 2018, accompagnement de la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS) du ministère des Armées, pour développer des partenariats innovants autour de l’initiative « Patrimoine maritime » et contribuer à l’élaboration d’une politique durable d’anticipation sécuritaire environnementale dans le bassin maritime d’Asie du Sud-Est ;
  • Les 20 et 22 septembre 2017, Nomadéis a par ailleurs présenté ses travaux sur l’évaluation biophysique et économique de services écosystémiques, notamment pour le service d’écrêtement des crues de la plaine alluviale de Lonjsko Polje en Croatie, lors de la conférence internationale « Génie écologique et risques climatiques » organisée par l’Agence Française pour la Biodiversité, l’Agence Française de Développement et l’Agence de l’Eau Seine-Normandie.
]]>
http://www.nomadeis.com/2019/04/fr-services-ecosystemiques-sardaigne/feed/ 0
Séquestration carbone : Eau de Paris confie une mission d’étude stratégique à Nomadéis… http://www.nomadeis.com/2019/03/sequestration-carbone-eau-de-paris/ http://www.nomadeis.com/2019/03/sequestration-carbone-eau-de-paris/#comments Fri, 29 Mar 2019 17:27:11 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=5247 Continuer la lecture ]]>

Sonnenlicht scheint auf Erdhaufen Paris, France fresh leaf ribs and veins

Objectifs : établir un état des lieux actualisé (acteurs, thématiques, réglementation, méthodes, outils, pratiques) et une analyse critique de la connaissance scientifique, pour formuler des recommandations de positionnement stratégique…


Le carbone et le changement climatique

Les gaz à effet de serre (GES) issus des activités humaines (déforestation, production de ciment, utilisation d’hydrocarbures fossiles, etc.) contribuent à un dérèglement du climat au niveau planétaire.

Les Accords de Paris ont fixé en 2015 un objectif collectif de limitation du réchauffement climatique à 1,5°C qui implique une réduction drastique des GES, et notamment du dioxyde de carbone (CO2), qui représente plus de 75 % des GES émis. 

Trois grandes stratégies, complémentaires, peuvent être mises en œuvre dans le but de réduire l’empreinte carbone et d’atteindre si possible la neutralité carbone :

  • Mesures de sobriété pour réduire en amont les émissions ;
  • Mesures de séquestration pour capter ou extraire le carbone émis et le stocker ;
  • Mesures de compensation visant à  financer des projets de réductions d’émissions d’autres acteurs / dans d’autres territoires. 

 

Les enjeux de la séquestration biologique du carbone

On distingue deux grands types de séquestration : 

  • La séquestration industrielle (ou artificielle), qui implique différentes techniques telles que le stockage géologique ;
  • La séquestration biologique (naturelle), qui s’appuie sur la capacité des organismes vivants à synthétiser des molécules organiques à partir de CO2 atmosphérique ou en recyclant de la matière organique préexistante. La séquestration biologique permet le stockage pérenne (c’est-à-dire avec un temps de résidence très long) grâce à un enfouissement progressif de ce carbone sous forme solide au sein de réservoirs divers tels que les sols ou les fonds océaniques.

Comme de nombreuses solutions basées sur la nature (« nature-based solutions »), l’utilisation d’écosystèmes à des fins de séquestration biologique rencontre plusieurs enjeux : 

  • Mesurer et quantifier la capacité de stockage de carbone des écosystèmes (variations importantes en fonction de l’échelle retenue et des différents contextes géographiques, climatiques ou encore pédoclimatiques) ;
  • Prendre en compte la dimension multiservices et les externalités (tant positives que négatives) générés par ces solutions ; 
  • Intégrer la composante dynamique et évolutive des écosystèmes (par exemple, l’activité de séquestration peut être très rapide après une opération d’afforestation mais stagner par la suite, une fois les arbres devenus adultes/matures) ;
  • Adopter une approche intégrant l’ensemble du cycle de vie et le bilan carbone des ressources et activités considérées (par exemple : produits et usages du bois, utilisation de biomasse dans la construction, etc.).

 

Objectifs et contenu de la mission

En raison des nombreuses incertitudes, tant sur la capacité des écosystèmes à séquestrer le carbone atmosphérique de manière durable que sur la manière d’évaluer ce stockage, Eau de Paris a confié à Nomadéis la mission de réaliser un état de l’art afin de : 

  • Caractériser les notions clés associées à la thématique de la séquestration carbone ; 
  • Cartographier les principaux acteurs académiques engagés dans la recherche (fondamentale ou appliquée) liée à ces sujets et identifier leurs  thématiques et  domaines de recherche respectifs ; 
  • Etablir un état des lieux actualisé et une analyse critique de la connaissance scientifique et technique en matière de séquestration carbone (outils et méthodes de mesure, capacités de stockage des différents biotopes, leviers permettant d’accroitre ces capacités, etc.) ;
  • Analyser le contexte réglementaire de la séquestration carbone et identifier des exemples d’actions mises en œuvre par des acteurs, publics ou privés (benchmark de bonnes pratiques) ;
  • Mener une réflexion stratégique sur les différents axes possibles pour affiner la stratégie de séquestration carbone de Eau de Paris. 
]]>
http://www.nomadeis.com/2019/03/sequestration-carbone-eau-de-paris/feed/ 0
Valorisation des ressources locales en Outre-mer : Nomadéis remporte une nouvelle mission à Mayotte… http://www.nomadeis.com/2019/03/bati-tropical-mayotte-ressources-locales/ http://www.nomadeis.com/2019/03/bati-tropical-mayotte-ressources-locales/#comments Mon, 25 Mar 2019 11:23:58 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=5214 Continuer la lecture ]]>

Lagon Mayotte ビジネス文書 Aerial view Top speed with beautiful wave of container ship full load container with crane loading container for logistics import  export or transportation concept background.

Objectif : cartographier les bio et géoressources locales mobilisables pour les marchés de la construction, caractériser la demande et formuler des préconisations pour un développement pérenne de nouvelles filières…


Contexte

Officiellement département français depuis 2011, Mayotte (« île aux parfums ») fait partie de l’archipel des Comores, situé en plein océan indien entre le Mozambique et Madagascar, à 8 000 kilomètres de la métropole.

Le territoire regroupe 12 communes et est composé de deux îles principales (Grande-Terre et Petite-Terre) et d’une trentaine d’îlots. La population officielle (256 518 habitants en 2017) est jeune (âge médian : 17 ans), répartie sur une superficie de 376 Km2. Les défis socioéconomiques et environnementaux sont nombreux à l’échelle du territoire. 

A Mayotte, les enjeux liés au développement d’une filière locale de la construction sont nombreux, du fait notamment de la convergence de plusieurs facteurs :

  • L’accélération de la croissance démographique, qui requiert la construction de nombreux logements et contribue à l’augmentation de la pression foncière dans un contexte de faible surface constructible et de demande élevée (les loyers mahorais sont près de 3 fois plus élevés que ceux de la petite couronne parisienne) ;
  • La nécessité pour les entreprises du bâtiment implantées localement d’importer une part importante des matériaux de construction qu’elles utilisent, matériaux qui sont par ailleurs plus coûteux qu’en métropole (+35 %, selon un avis récent de l’Autorité de la concurrence, surcoût dû notamment au transport, au manque de concurrence et aux difficultés logistiques d’approvisionnement).

Le coût environnemental et économique du recours à des matériaux importés et conventionnels s’ajoute à celui déjà élevé du chômagedans un territoire faisant face à de nombreux défis (25,9 % de demandeurs d’emploi en 2017 selon l’INSEE). Or, la filière du bâtiment pourrait contribuer au développement économique local et diminuer son impact sur les paysages et l’environnement, si l’amont de la chaîne de valeur, c’est-à dire le maillon qui concerne l’approvisionnement en ressources, valorisait mieux les opportunités locales.

 

Objectifs

Dans ce contexte, la DEAL (Direction de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement) de Mayotte a confié une mission d’étude à Nomadéis, visant à :

  • Réaliser un état des lieux des ressources locales mobilisables pour un usage en construction (diagnostic amont) ;
  • Analyser le marché et les besoins locaux en matériaux de construction(diagnostic aval) ;
  • Identifier les conditions de développement opérationnel d’une filière biosourcée sur la base des conclusions des deux premières phases.

 

Approche

Dans un premier temps, Nomadéis analysera la disponibilité en ressources locales pour un usage en construction, en prenant en compte les conflits d’usage potentiels ainsi que les enjeux relatifs à la préservation des écosystèmes naturels du territoire.

Afin de recueillir les données nécessaires à la conduite de ce premier diagnostic amont, Nomadéis conduira une série d’ateliers et d’entretiens qualitatifs auprès d’un panel d’acteurs variés, constitué notamment d’acteurs locaux impliqués dans la construction (agents de collectivités locales et des services de l’Etat, architectes, artisans, etc.). Les entretiens seront complétés par une analyse bibliographique détaille et multicritères. 

Dans un second temps, Nomadéis conduira une analyse du marché et des besoins locaux en produits et matériaux de construction, afin de déterminer quelle part de marché pourrait être visée par des ressources locales (matériaux biosourcés notamment). 

L’identification et la caractérisation des filières les plus pertinentes reposeront sur des méthodes d’évaluation des potentiels de marché. Nomadéis mobilisera par ailleurs sa large base de connaissance et son expertise reconnue des problématiques liées au développement des filières locales, notamment biosourcées (plus de 40 références capitalisées depuis 2012, en France métropolitaine, en Outre-mer et à l’international). Une mission de terrain est également prévue dans le cadre de cette seconde phase. 

Enfin, Nomadéis veillera à identifier les conditions permettant de structurer de manière pérenne les filières les plus prometteuses, en bonne intelligence avec l’ensemble des acteurs concernés, et en tenant compte d’expériences comparables, y compris issues d’autres territoires de la zone tropicale humide (benchmark).

]]>
http://www.nomadeis.com/2019/03/bati-tropical-mayotte-ressources-locales/feed/ 0
Indices de positivité : Nomadéis accompagne l’Institut de l’économie positive pour une mission de conseil stratégique au Gouvernement des Émirats Arabes Unis… http://www.nomadeis.com/2019/03/positivite-emirats-arabes-unis%e2%80%a6/ http://www.nomadeis.com/2019/03/positivite-emirats-arabes-unis%e2%80%a6/#comments Thu, 21 Mar 2019 12:40:52 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=5225 Continuer la lecture ]]> IMG_4575 IMG_4568 IMG_4419

Pour la première fois depuis la création du baromètre de positivité des Nations en 2013, un pays non-membre de l’OCDE lance une démarche volontaire visant à calculer son score de positivité et à interroger l’impact de ses politiques publiques sur les générations futures…

 

Contexte

Depuis 2013, l’Institut de l’économie positive publie tous les ans en partenariat avec Nomadéis le baromètre de positivité́ de 34 pays de l’OCDE

Les résultats 2018 s’inscrivent dans la continuité de ceux publiés au cours des 5 dernières années. Trois groupes de pays se dessinent : un groupe de tête composé de 8 pays dont les scores de positivité dépassent 60 sur 100 (comprenant principalement les pays du Nord de l’Europe : Islande, Suède, Norvège, Danemark, Pays-Bas et Finlande, et la Suisse), suivi d’un groupe intermédiaire de 11 pays dont les scores sont compris entre 50 et 60 (avec la France en 19ème position), et enfin 16 pays dont les scores sont inferieurs à 50, affichant une forte marge de progression (avec en fin de classement la Grèce, la Hongrie et le Mexique).

 

Réalisation

Pour la première fois depuis la création de l’indice de positivité des Nations, un pays non-membre de l’OCDE a volontairement sollicité en 2018 l’Institut de l’Économie positive, pour évaluer son score de positivité : les Émirats Arabes Unis

Engagés dans plusieurs travaux sur le bonheur, la positivité et le bien-être (un programme national du bonheur et de la positivité fixe un cadre de référence pour l’ensemble du gouvernement), les Émirats ont créé en 2016 et confié à des femmes les ministères du Bonheur, de la Tolérance et de la Jeunesse (50 % de la population a moins de 30 ans). 

Les Émirats sont aussi le pays hôte du World Government Summit, et travaillent en partenariat étroit avec l’OCDE en matière d’innovation dans les politiques publiques.

A titre exploratoire, le score de positivité́ des Émirats Arabes Unis a donc été inclus dans le baromètre 2018 de la positivité des pays de l’OCDE, révélant un score de 61 % qui positionne les Émirats entre la Suisse et la Nouvelle Zélande, en 8ème position du classement global. 

A noter que pour les pays hors OCDE, quand les outils statistiques et les données disponibles diffèrent de ceux utilisés pour les pays de l’OCDE, des données équivalentes sont recherchées (et font l’objet, avant utilisation, d’une vérification quant à leur crédibilité et leur indépendance). En particulier, pour le classement 2018 des Émirats Arabes Unis, des données équivalentes pour 8 indicateurs, et un proxy pour un autre indicateur ont été utilisés.

Cette démarche exploratoire s’inscrit dans la perspective d’une ouverture progressive de l’indice de positivité des Nations, au service de tous les pays désireux de renforcer la prise en compte de l’intérêt des générations futures. Des discussions sont en cours avec plusieurs pays, notamment en Amérique Latine, en Afrique et en Asie-Pacifique.

 

Pour en savoir plus… 

  • Plaquette publiée par l’Institut de l’économie positive : 

Télécharger le document (pdf, 354.89Kb)

]]>
http://www.nomadeis.com/2019/03/positivite-emirats-arabes-unis%e2%80%a6/feed/ 0
Concertation et dialogue citoyen en Outre-mer : le Conseil Economique, Social et Environnemental Régional (CESER) de La Réunion confie une mission à Nomadéis… http://www.nomadeis.com/2019/03/dialogue-citoyen-ceser-la-reunion/ http://www.nomadeis.com/2019/03/dialogue-citoyen-ceser-la-reunion/#comments Fri, 15 Mar 2019 11:14:13 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=5202 Continuer la lecture ]]>

AdobeStock_229821441 ile de la Réunion Conseil économique et social. Paris. France.

Objectif : guider et animer pendant 2 mois les travaux collectifs menés par 6 commissions thématiques et une commission spéciale (36 réunions et 1 100 heures de travail), puis rédiger une contribution finale remise aux pouvoirs publics et diffusée auprès de la société civile réunionnaise…


Contexte 

La Réunion, comme les autres territoires français, a été depuis le mois de novembre 2018 confrontée à une mobilisation citoyenne de grande ampleur, dont le mouvement des « Gilets jaunes » est l’expression la plus visible. 

Face aux revendications exprimées par les citoyens, le Président du conseil Régional de La Réunion a saisi le Conseil Economique Social Environnemental Régional (CESER) de La Réunion en tant qu’organisation représentante de la société civile et assemblée consultative. Avec pour mission de l’aider à mieux comprendre la situation de l’île et de ses habitants, identifier les pistes d’actions à envisager, et éclairer les décisions et politiques publiques.

Le CESER est une institution dont la priorité est de promouvoir l’intérêt général des citoyens et des générations futures. Il a vocation à : 

  • Représenter la société civile organisée : le CESER est composé de 4 collèges (entreprises et activités non salariées, organisations syndicales de salariés, organismes et associations participant à la vie collective de la région, et personnalités qualifiées participant au développement régional) ; 
  • Participer à un effort de pédagogie pour renforcer les responsabilités individuelles et collectives ;
  • Œuvrer au quotidien pour une meilleure gouvernance, et se constituer en laboratoire d’idées et de connaissances mises à la disposition de tous.

 

Objectifs 

Dans ce contexte, le CESER a engagé une démarche de concertation inédite et mobilisé ses 55 membres pour co-élaborer et proposer des solutions concrètes et opérationnelles aux défis locaux, à l’origine des fractures civiques, sociales, et territoriales qui marquent la société réunionnaise.

Ces propositions de solutions abordent des enjeux transversaux majeurs pour les citoyens de l’Île (pouvoir d’achat, emploi, transparence, convergence des politiques publiques, démocratie participative, gouvernance locale, transition écologique et solidaire, etc.) mais aussi des sujets comme la protection de l’enfance, le logement, la formation, le soutien aux associations, etc.

Elles ont été travaillées avec l’appui des 6 Commissions thématiques du CESER :

  • Territoires, Europe et coopération ;
  • Économie, emploi et innovation ;
  • Aménagement durable de l’espace régional ;
  • Formation, éducation et recherche ;
  • Qualité de la vie, culture et solidarité ;
  • Finances et évaluation de l’action publique.

Par ailleurs, le CESER de La Réunion a souhaité contribuer, aux côtés des autres CESER de France, au Grand Débat National en proposant une consultation de ses membres sur les thématiques du Grand Débat, adaptées aux problématiques réunionnaises.

 

Intervention de Nomadeis 

Nomadéis a accompagné le CESER pour l’élaboration de sa contribution en réponse à la mobilisation citoyenne et à la saisine du président du conseil Régional suite à son discours du 30 novembre 2018, notamment à travers :

  • Un appui méthodologique à destination des 6 Commissions thématiques (Nomadéis a notamment conçu un canevas d’animation des réunions, ainsi que des outils visant à faciliter l’émergence et la mise en forme homogène d’actions concrètes et opérationnelles, répondant aux attentes citoyennes) ;
  • L’accompagnement de la Commission ad hoc, spécialement créée dans le cadre de la saisine (appui méthodologique et analytique, animation et synthèse des séances de travail, identification des messages clés, création d’outils pour faciliter la capitalisation croisée des idées issues des travaux des Commissions thématiques et la valorisation des travaux antérieurs du CESER, etc.) ;
  • La réalisation d’une consultation en ligne dans le cadre du Grand Débat National, l’analyse des résultats et la rédaction de la contribution du CESER de La Réunion aux CESER de France ;
  • Le soutien à la rédaction de la contribution finale et de sa synthèse communicante, articulant en bonne intelligence les attentes de la Région, les revendications citoyennes, ainsi que les expertises et la vision prospective portées par le CESER ;
  • La réalisation de deux infographies et d’une vidéo pédagogique, visant à mieux faire comprendre le rôle du CESER à tous les citoyens, et à partager de façon simple et lisible les principaux messages clés et contenus des solutions proposées dans le cadre de la saisine.
]]>
http://www.nomadeis.com/2019/03/dialogue-citoyen-ceser-la-reunion/feed/ 0